SEO

Google Panda, vu par l’équipe seo d’Intuiti

Depuis plusieurs années, Intuiti travaille le référencement de ses clients en prenant en compte les besoins utilisateurs. Il y a 2 semaines, une courte session de formation a eu lieu en interne sur le sujet de Google Panda. Sans aller jusqu’à décortiquer le sujet, puisque les blogs SEO du classement Wikio en parleront sans doute mieux, nous avons simplement souhaité poser la question à quelques collaborateurs Intuiti : Emilie Hié, David Marbac, Arnaud Briand et François Champain.

La présentation PowerPoint est présente sur SlideShare Intuiti :

La question est celle-ci :

Google sort une nouvelle mise à jour, appelée Google Panda. Elle fait déjà couler beaucoup d’encre outre-Atlantique, avant son arrivée fracassante en France. Que savez-vous de cette mise à jour, et surtout quelles conséquences aura Google Panda sur votre pratique du référencement, présent et à venir ?

Voici nos réflexions :

Emilie Hié, chef de projet seo

Google Panda est une bonne chose. La mise à jour va permettre de nettoyer les sites de mauvaise qualité ayant recours à des pratiques douteuses. Espérons qu’avec cette mise à jour, Google fournisse des contenus de meilleure qualité et des résultats pertinents aux internautes. Toutefois, j’attends de voir si les sites visés par Google Panda vont régresser et si les sites dits « propres » vont remonter dans les résultats de recherche.

Concernant ma pratique, en toute franchise, je ne vais mettre aucune action en place pour préparer l’arrivée de Google Panda. Je penses que nos sites n’ont pas de souci à se faire. Toutefois, même si nous n’avons pas recours à des pratiques douteuses (duplication de contenus, plagiat, etc.) et pensons nos sites pour les internautes, il me semble nécessaire de veiller pour voir si nos sites n’en subissent pas les conséquences.

David Marbac, chef de projet seo & ergo

Le jeu du chat et de la souris continue entre le géant de Mountain View et les référenceurs de tout poil. Le fameux « Google sonne la fin de la récré » est entendu régulièrement depuis des années. Même si certains se sont pris dans les mailles du filet en cours de route, de nombreux filous du référencement courent toujours. Si les précédentes annonces de changement d’algorithme (suppression du Page Rank, réhabilitation du Page Rank, May Day, fonction +1, etc.) ont donc laissé ces derniers perplexes, cette dernière version semble toutefois faire courber l’échine des derniers survivants du Black Hat SEO.

Une chose reste sûre, Panda intègre encore beaucoup de critères subjectifs qu’il est difficile d’évaluer :

  • qu’est ce qu’un site/page « de faible qualité ?
  • les attributs « author » et « canonical » vont-ils vraiment aider à lutter contre la duplication ?
  • les non-techniciens pourront-ils exploiter ces nouvelles armes ?
  • où commence la « suroptimisation » ?
  • pourquoi un site « à faible engagement utilisateurs » serait nécessairement de faible pertinence ?

Est-ce que cela va changer nos pratiques ? Si le travail mené en référencement respecte une vraie démarche de qualité (penser le site avant tout pour l’utilisateur, respecter ses attentes et des besoins, apporter un supplément de valeur par rapport à ses con concurrents, etc.), rien ne changera véritablement. En revanche, mais cela est de mise depuis un certain nombre d’années, s’il s’agit d’une manœuvre trompeuse, sans considération de qualité et d’utilité, il sera sans doute urgent, pour certains webmasters et autres gougnafiers du référencement, de faire un sérieux nettoyage.

Et pour ceux qui pratiquent des optimisations douteuses par simple naïveté ou méconnaissance ? Sachez que nul n’est censé ignorer la loi de Google…

François Champain, chef de projet seo

Je ne pense pas modifier ma façon de travailler à court / moyen terme pour deux raisons principales :

-je ne travaille pas pour les sites qui sont visés en priorité par Google Panda : comparateurs de prix, MFA, agrégateurs, annuaires

-je n’utilise pas les pratiques principalement sanctionnées par le moteur : duplication de contenu, pages satellites

J’ai plutôt hâte de l’arrivée de Google Panda en France. Je pense qu’il sera plus facile de justifier l’usage de pratiques White hat Seo plutôt que Black hat Seo.

En effet, nous essayons de faire comprendre à des clients que leur précédente agence n’aurait pas dû leur créer des pages satellites car potentiellement sanctionnable. Difficile à prouver quand certains concurrents utilisent les mêmes méthodes…

En février dernier, j’ai supprimé 150 pages satellites sur un site et procédé manuellement à des redirections 301 des URL incriminées vers des pages « saines » présentes dans l’arborescence, peut être ai-je évité l’effet Google Panda à ce site ?

Arnaud Briand, directeur conseil

Je trouve que Google Panda est, sur le papier, une excellente nouvelle pour la pertinence. Dans quelques années, le contenu va doubler toutes les 72 heures (cf. article intitulé « L’unité de choix de la curation »). L’infobésité, pour un moteur généraliste comme Google, n’est pas la panacée. Il faut être toujours plus rapide pour indexer et trier les ressources Web, quelque soit leur support (textes, vidéos, podcasts).

Depuis quelques années, le contenu est roi. A ce titre, le monde des agences ne cesse de vendre plus de trafic, plus de visites, plus de visiteurs. Jusqu’où ? Faut-il avoir plus de Fans, Friends, Followers, ou est-il préférable que mes visiteurs génèrent de la valeur à mon business ?

La notion d’engagement (avec la notion d’événements notamment, les avis, les partages de liens) commence à faire parler d’elle. L’acquisition de trafic, c’est bien. La conversion, c’est encore mieux.

La notion de longue traîne entraîne également des abus, alimentés par les fermes de contenus. Peut-être que la notion de « Long Neck », abordée par Gerry McGovern en 2006, devrait être reconsidérée ? Cette notion souligne que 5% de votre contenu génère 25% de la valeur. Aux antipodes de la notion de longue traîne, elle suppose une certaine diététique éditoriale qui serait probablement utile pour combattre l’infobésité ambiante des fermes de contenus.

J’espère donc que Google Panda va permettre de replacer la notion de « valeur » au centre des stratégies éditoriales pour passer d’une logique chimérique du « plus » vers une logique du « mieux ». Dans l’article « le rédacteur Web, un animal social ? », le dernier commentaire nous explique que Wikio Les Experts rémunère les rédacteurs entre 3 et 15 €uros l’article. A ce niveau de rémunération, Google Panda a du boulot …

Et sinon Google Panda c’est quoi ?

Lire c'est bien, partager c'est bien aussi 😉

Vous souhaitez optimiser votre chaîne d'acquisition client ?
Recevez nos guides pratiques, livres blancs, dossiers thématiques
2 Commentaires
  • Posté le 26/04/2012 à 03:35

    […] au filtre Google Panda qui a semble-t-il touché surtout des comparateurs de prix, ce nouveau filtre semble pénaliser […]

  • Posté le 08/07/2011 à 02:57

    Il est temps que Google réagisse pour faire le ménage en ce qui concerne le référencement sur Google. Et Google Panda va bientôt apporter au référencement son côté tout naturel.

Réagissez à l'article

Votre commentaire*

Your Name*
Your Webpage