Social Media Webmarketing

Oui, on peut mesurer un potentiel viral Facebook avec Google Analytics. C’est tout à fait possible :)

google-analytics-facebook

En fonction de son site, de son activité et de ses campagnes d’acquisition et d’animation SMO sur les différents réseaux sociaux, on parcourt plus ou moins en détail les statistiques de visites en provenance de sources comme Facebook, Twitter, etc.

Bon, il est vrai que, généralement, les données de sessions et de conversion qui sont rattachés dans cette source Analytics nommée “Social” ne font pas toujours l’objet d’une analyse approfondie, au sens où le plus souvent, l’animation de marque SMO ne génère que très peu de sessions et de conversions (ventes, leads) par rapport à d’autres sources de trafic (Référencement naturel, campagnes webmarketing).

Eh bien, pourtant, des indicateurs peuvent être sortis de ce canal Social Media, notamment sur la source Facebook qui différencie plusieurs types de liens référents en son sein. Si vous jetez un coup d’oeil aux liens référents en provenance de Facebook, vous pourriez remarquer quatre types de “referral” :

Mais qu’est-ce que cette distinction ?

Il semblerait, par exemple, que lorsque vous postiez un statut ou échangiez avec un ami sur messenger, Facebook utilise un sous-domaine utilisant la lettre “L” pour différencier les redirections classiques (votre post sur votre page Facebook) des discussions et des partages qui sont faites par les utilisateurs. Le trafic généré par ces deux sous-domaines (l pour desktop, lm pour le mobile) souvent loin d’être ridicule, proviendrait des endroits suivants :

  • Statuts Facebook
  • Commentaires de post
  • Messages privés
  • Partages sur un mur

Pour résumé : tous les endroits où les utilisateurs Facebook partagent, commentent, discutent autour de vous et de votre marque.

Ce trafic permet donc de calculer un ratio entre les différentes sources (classique et en sous-domaine “L”). Ainsi, vous pourriez suivre, mois après mois, ou comparer d’année en année, la part de trafic qui provient de votre rayonnement sur Facebook. Cela permettrait donc de calculer un ratio et un coefficient de viralité.

Intéressant non ? Qu’en dites-vous ?

Lire c'est bien, partager c'est bien aussi 😉

Vous souhaitez optimiser votre chaîne d'acquisition client ?
Recevez nos guides pratiques, livres blancs, dossiers thématiques
Pierre Lechat
Chef de projet webmarketing, je suis spécialisé dans l'optimisation de l'acquisition de trafic et la performance des sites de mes clients. De l'activation des bons leviers à l'amélioration des tunnels de transformation, je suis passionné par la performance digitale.

Réagissez à l'article

Votre commentaire*

Your Name*
Your Webpage