Réflexion sur le marché de l’e-tourisme

Le marché du e-tourisme se concentre depuis quelques années sur des portails départementaux et régionaux (OT, CDT, CRT). Google se lance lui aussi dans la danse avec l’idée de devenir un OTA … L’idée de promouvoir un territoire dépend de ces portails, avec le contenu comme colonne vertébrale.

Nous avons vu “grossir” ces portails, avec des volumétries de pages impressionnantes, et l’objectif, chimérique, mais largement partagé, de capitaliser sur l’effet “longue traîne”, c’est-à-dire la capacité à acquérir une audience en capitalisant sur la chaîne suivante : beaucoup de contenu/pages = beaucoup de mots clés = beaucoup de requêtes internautes = potentiellement beaucoup de visites.

Cette réflexion est à contre-courant de l’effet inversé à la longue traîne, appelé “Long Neck” par Gerry McGovern, cette dernière étant d’ailleurs très pertinente pour certains secteurs comme le crédit ou le tourisme.

Or, force est de constater que le trafic drainé par ces portails “obèses” ne rempli les objectifs de conversion et d’audience dans la mesure où :

    • le trafic de longue traîne apporte une audience de serendipidité et peu engagée, sur le volume
    • Google Panda, le nouvel algorithme de l’été 2011, a mis à mal tous ces portails,  (cf. http://www.entreprenantes.com/magazine/142-google-s-attaque-au-e-commerce-decryptage-et-reactions-nantaises.html), estimant qu’il est préférable de proposer directement aux internautes depuis ses pages de résultats les sites des hôteliers, des chambres d’hôtes, des campings … plutôt que lesdits portails qui agrègent le contenu des prestataires touristiques, souvent via des applicatifs métiers.

Aujourd’hui, la question qui se pose pourrait-elle être celle-ci : Un CDT/CRT doit-il devenir un partenaire de services web pour les prestataires touristiques (hôteliers, campings, golfs, gîtes, etc.) ? Comme le dit Alexis Mons lors des 5e rencontres nationales du etourisme institutionnel à Toulouse, les professionnels du tourisme institutionnel ne doivent pas uniquement se connecter à leurs clients, il faut se connecter à leur propre tissu de professionnels et donc réviser les organisations, les méthodologies et les fonctionnements.

Christophe Le BretCette idée rejoint à mon sens la réflexion de Chistophe Le Bret, Directeur de l’agence Internationale Nantes Saint-Nazaire et du projet Nantes Just Imagine, lorsqu’il dit que “la différence entre une marque commerciale et un territoire réside dans la gouvernance et dans la nécessité de fédérer les acteurs locaux”.

Le CDT/CDT “deviendrait” ainsi le chef d’orchestre web d’un territoire, avec des accompagnements on et off (petits déjeuners, livres blancs, conférences, ateliers, séminaires, etc.). La phase actuelle de “mise en oeuvre des portails” passe à de “l’accompagnement”, pour fédérer davantage et éclater une présence de territoire plutôt que de la concentrer.

Arnaud BRIAND,  Intuiti

5 Commentaires

  1. Le , Raimbaud a dit :

    Bonjour,
    C’est totalement dans cet esprit que s’inscrit la formation “Animateur numérique de territoire” initiée depuis 2010 par la MOPA (Mission des offices de tourisme et pays touristiques d’Aquitaine) pour le réseau des institutionnels aquitains (offices de tourisme, pays touristiques, CDT, CRT).
    L’enjeu est de remettre au centre la question du service rendu aux professionnels par l’institutionnel. Le web est une réponse adéquate. Cette formation de 10 journées permet à l’institutionnel d’être en capacité d’accompagner les acteurs touristiques locaux sur le web (création de site internet gratuit, la gestion des avis clients, élaborer sa stratégie sur les réseaux sociaux, la mobilité…)
    Plus d’infos ici : http://www.aquitaine-mopa.fr/spip.php?rubrique363
    Reconnue comme prioritaire par notre Fédération Nationale des offices de tourisme de France et Agefos-pme, 13 régions ont ainsi commencé à proposer cette formation.
    Fabien Raimbaud
    Chargé de mission MOPA (Mission des offices de tourisme et pays touristiques d’Aquitaine)

  2. Merci Fabien pour cette référence.

    A l’origine, ce billet était une correspondance interne. Votre commentaire me confirme qu’il y avait un sens à le publier. Merci.

    Votre commentaire et l’initiative qu’il présente est vraiment très enrichissant. J’imagine que l’orchestration des acteurs touristiques locaux rend le quotidien d’autant plus passionnant que les enjeux sont pluriels (la présence, la relation, le feedback clients et la fameuse e-réputation) ?

  3. Le , Raimbaud a dit :

    Bonjour Arnaud,
    Vous avez en effet visé juste en le publiant.
    Je vous conseille également la lecture du blog etourisme.info.
    2 articles récents viennent de paraître sur cette nouvelle mission d’animation numérique de territoire qui peut être investie par l’office de tourisme et autre institutionnel du tourisme au service des professionnels locaux.
    Le 1er :
    http://www.etourisme.info/article/1478/l-animation-numerique-de-territoire
    Le second :
    http://www.etourisme.info/article/1479/hi-i-m-animateur-numerique-de-territoire-and-i-approve-this-message

    A bientôt sur la toile.
    Fabien Raimbaud
    (Mission des offices de tourisme et pays touristiques d’Aquitaine)

  4. Merci Fabien pour les liens, que j’ai lu avec beaucoup d’attention, et ce concept d’ANT que je découvre via ces liens.

  5. Bel usage du mot sérendipité! Assez rare pour le signaler!

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>