Expérience utilisateur Vie de l'agence

Retour sur l’atelier Sketchnote organisé par Flupa

sketchnote-flupa

 

Flupa organisait le mercredi 1er février un Sketchnote challenge national : le même jour et presque à la même heure, 11 antennes de Flupa se sont lancées comme défi de réaliser le meilleur sketchnote sur une thématique donnée.

Chaque ville participante (y compris Luxembourg et Bruxelles mais aussi Nantes ou la dernière née Pays Basque) s’est vue proposer cet atelier de prise de note créative et visuelle. Le déroulé s’est effectué en 4 temps :

  1. Sensibilisation/formation express du principe du sketchnote par un coach (à Nantes : le coach agile Sylvain Calmet était à l’oeuvre) et premiers petits exercices pratiques ;
  2. Réalisation en live d’un premier sketchnote individuellement face à une vidéo UX projetée à tous ;
  3. Challenge en mini-groupe (3 à 4 personnes) : mise en commun des idées de prise de note graphique et réalisation d’un scketchnote collaboratif ;
  4. Vote individuel pour les 3 sketchnotes collectifs favoris (3 pastilles = 3 votes <3)

 

Pourquoi Sketchnoter ?

  • Prendre des notes de manière différente et se faire plaisir !
  • Inciter à vraiment relire ses notes car beaucoup ont déjà fait le constat suivant : « qui n’a jamais laissé de côté des notes écrites sur papier sans jamais les relire » ;
  • Améliorer sa  mémorisation, sa compréhension du sujet et structurer sa pensée.

 

Notons qu’un sketchnote est différent de la facilitation graphique. Si le but de cette dernière est d’expliquer aux autres un concept de manière simplifiée et graphique, sketchnoter c’est prendre des notes de manière individuelle sans forcément les partager. S’il s’agit de transmettre un message de cette manière, il faut le plus souvent y ajouter une explication de texte (et le sketchnote perd alors de sa valeur).

 

Comment faire ?

Pour une première fois l’exercice peut s’avérer complexe pour différentes raisons :

  • Le format du support regardé/écouté : lors de cet atelier une vidéo de 15 min était projetée montrant une conférence Flupa lors de l’édition 2016 des UX Days sur la mutation des usages et des métiers UX/UI.

Personnellement j’ai trouvé le discours peu structuré, dans le sens ou des exemples étaient mis en avant et les points importants étaient abordés dans les dernières minutes. Ainsi, la structure du plan venait tout à la fin. Cela est gênant lorsqu’on sait que le principe du sketchnote est de « dessiner » en live. Les éléments importants doivent être transmis assez rapidement afin que le preneur de notes puisse mieux structurer son sketchnote.

  • L’élocution de l’intervenant : selon la sensibilité de chacun, la personne peut être plus ou moins captivante. Dans ce cas, elle parlait très vite, et son attitude blagueuse a pu déconcerter certains.
  • La difficulté du sujet (connaissance du sujet évoqué). Cette fois le sujet m’est familier, donc pas de difficulté. À savoir que dans une autre ville, un étranger ne parlant pas français à pu réaliser le sketchnote sans comprendre un seul mot. À croire qu’avec la pratique, scketchnoter un sujet inconnu est faisable (vu sur Twitter).

 

Il faut à la fois se concentrer sur ce que l’on écoute, sélectionner les informations importantes, dessiner tout en structurant son plan (ce qui n’est pas toujours évident).

Une règle simple avec les formes basiques suivantes, tout peut être dessiné : carré, triangle, cercle, ligne, courbe.

 

Il n’y pas de recette miracle une seule manière d’y arriver et de progresser : s’entraîner en réunion, grâce à des conférences, en regardant de courtes vidéos, et s’exercer pour s’améliorer. Cependant, ce n’est pas toujours facile à appliquer selon les environnements de travail dans lesquels nous évoluons. Sortir son calepin et dessiner en réunion devant un client : heu, bien perçu ?

 

Dès le début, Sylvain nous a transmis une méthode pour ne pas se décourager : s’exercer sur des mots simples et progressivement, réussir à les représenter de plus en plus vite. C’est ce que nous avons fait avec un arbre, un mousquetaire ou une montre (cf ci-dessous).

 

flupa-sketchnote

 

Mieux vaut débuter avec des exemples simples en s’exerçant sur des mots simples. Progressivement, vous pouvez dessiner la même chose en moins de temps.

Cf photo (un arbre en 30 secondes, en 10 secondes puis en 3 secondes).

 

livre dessin

 

Il était d’ailleurs très impressionnant de voir la “dégradation” des dessins au fur et à mesure du temps imparti, qui était de plus en plus limité. Et en même temps cela a obligé chacun à aller à l’essentiel. Ainsi les dessins étaient finalement toujours compréhensibles.

 

Le matériel ?

1 feuille, enfin des feuilles pour les brouillons / un sharpi / des feutres couleurs

 

Quelques bonnes pratiques :

  • Avant de débuter, notez le titre, le nom du speaker, et le lieu ;
  • Sketchnotez avec un feutre fin les idées en tentant de structurer les informations sur la feuille (en linéaire, rayonnant, en parcours, en popcorn), mettant les éléments clés en évidence (mots, dessins) ;
  • Relisez-vous et liez les informations entre elles (flèches par exemple) ;
  • Finalisez en ajoutant 1 à 2 couleurs (feutres), bulles, dessins.

 

C’est quoi un sketchnote réussi ?

  • Ce n’est pas forcément le plus beau visuellement (dessins + couleurs) ;
  • Le principal intérêt est de comprendre rapidement le message véhiculé (sens de lecture, idées) ;
  • Ce n’est pas que du dessin, le texte est tout aussi important.

 

 

sketchnote-flupa-nantes

Lire c'est bien, partager c'est bien aussi 😉

Vous souhaitez optimiser votre chaîne d'acquisition client ?
Recevez nos guides pratiques, livres blancs, dossiers thématiques

Réagissez à l'article

Votre commentaire*

Your Name*
Your Webpage