Social Media

Les Marques face aux réseaux sociaux

Ben voilà, j’ai rien à te dire… la page blanche… ca devait bien arriver un jour… dans ces situations on laisse courir les doigts sur le clavier et on se met à raconter tout ce qui nous vient par la tête et la feuille blanche se transforme en article lonnnnnnng, sinueux pas du tout web 2.0…

En plus, ce n’est pas mon blog mais celui de l’agence donc logiquement, ce n’est pas ici que je dois livrer des états d’âme…

Mais bon, Twitter c’est trop court, Facebook me saoûle et puis, si je n’ai rien à dire sur le blog ce n’est pas pour enchaîner sur Linkedin ou Viadeo.

(…)

(…)

(mon chat vient de me passer entre les jambes, c’est un petit Sacré de Birmanie aux yeux bleus)

(…)

Là, le premier truc pro qui me vient, c’est la conférence à laquelle je suis intervenu vendredi matin chez Veolia et portant sur les réseaux sociaux. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu un petit stress à parler devant une assemblée… Au demeurant, l’équipe est très sympathique mais pas question de les emmener sur des terrains glissants ou mal maîtrisés. La conférence s’est bien passée, mais cela ne t’intéresse pas vraiment, j’imagine..

Par contre, les conséquences du comportement des internautes via les réseaux sociaux bousculent totalement les annonceurs… et ça, c’est assez intéressant…

LA GRANDE BOUSCULADE

  • REGLE N° 1 :
    Je ne suis plus maître dans mon monde et je ne possède plus totalement ma marque. People are the media, le web est vecteur d’une grande conversation.

  • REGLE N°2 :
    Quoique je dise, il y aura suspicion et 76 % des internautes ne croient déjà plus les publicités.

  • CONSEQUENCE N°1 : ASSUMER CE QUE JE SUIS.

    Je dois assumer ce que je suis, ce que je dis et donc assumer les critiques. Pour celà, je me dois d’avoir un comportement différent de ce que j’ai été pendant ces dix dernières années. C’est un changement radical de management qui aura des conséquences sur ma communication, mon marketing et mon comportement RH.

    Je me souviens d’un cas, où une société qui construit des portes, a vu l’un des commerciaux de l’un de ses distributeurs (oui, oui, on s’éloigne) se comporter de manière exécrable avec une cliente. Cette cliente a demandé un avis sur un forum ce qui a invités de nombreux autres clients et clientes à prolonger la discussion. A terme, lorsque l’on saisissait la marque sur Google, la seconde réponse était le forum avec en titre le mot ARNAQUE associée à la marque… Mauvais…

  • CONSEQUENCE N°2 : JE DOIS ETRE ACCESSIBLE

    Mais bon sang, mais c’est bien sûre!!!! Arrêtons de penser que les gens et particulièrement les internautes sont des abrutis. Les débats s’engagent, les avis divergent, les cons existent. Mais une marque qui assume ce qu’elle est doit aussi permettre la discussion, la prise de position. Elle doit être accessible aux internautes qui, de toute manière, se priveront de son consentement pour discuter sur elle. Plus que cela, la marque doit prendre en compte les avis jusqu’à, pourquoi pas, associer les internautes à l’évolution de ses produits et de ses services. C’est ce que fait LEGO et ce qu’à mal fait MONOPOLY en n’allant pas jusqu’au bout de son action et en renommant des noms de rues après sollicitation des internautes qui avaient proposées des choses, disons, plus originales…

Ce ne sont pas les deux seules règles, ni les deux seules conséquences.

Elles sont nombreuses mais elles participent toutes à une même idée : la changement de comportement. Hier j’ai été invité à écouter monsieur Yuri Narozniak, Directeur Général Adjoint de Gan Patrimoine.

bc_taux_directeurMême d’un point de vu financier la conclusion était la même. Nous sortons d’une époque d’abus à tous les niveaux. Une époque de course indécente de richesses matérielles. Ce que nous vivons aujourd’hui : la crise financière, la crise écologique, la crise sociale… est un aboutissement logique de ces comportements. Nous avons l’opportunité de changer. Et pour la première fois, cela peut se faire car le fait de rester indifférent aurait des conséquences sociales (bon ok, beaucoup s’en brosse le nombril), écologiques (à là, cela commence à me toucher un peu) et économiques (ah merde, mon pouvoir d’achat !!!!) parfaitement connues.

Il y a eu l’ouverture des échanges commerciaux au niveau mondial. Nous assistons depuis plusieurs années à l’ouverture des échanges de l’information au niveau mondial.

Tout se sait, partout, et la critique d’ensemble peut ébranler les grandes structures… Elles n’ont plus vraiment le choix. Le marketing du gaspillage tel que nous l’avons vécu est juste en train de mourir. A eux, ces grands acteurs de l’économie, de suivre de nouvelles règles pour se développer.

Ben moi, je pense que ce petit truc là, pourrait peut être changer la face du monde…

(mon chat vient de me repasser entre les jambes, il est tout blanc et sa copine, Sacré de Birmanie aussi, aura bientôt des petits)

Article rédigé par Arnaud Chaigneau

Lire c'est bien, partager c'est bien aussi 😉

Vous souhaitez optimiser votre chaîne d'acquisition client ?
Recevez nos guides pratiques, livres blancs, dossiers thématiques
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
1 Commentaire
  • Posté le 08/07/2009 à 08:56

    Miaou ?

Réagissez à l'article

Votre commentaire*

Your Name*
Your Webpage