SEO

Comment travailler son SEO à l’international ?

seo-international

 

Le SEO à l’international est la multiplication des stratégies de référencement naturel en fonction de tous les pays cibles. Il est primordial de penser en amont du projet à tous les enjeux et contraintes qui seront une partie inhérente du projet.

Voici quelques conseils pour que votre travail sur le SEO à l’international paye…

Analyser les marchés cibles

Quels sont vos pays cibles et leurs habitudes ?

Quand on commence à parler de SEO international, il est important de lister tous les pays qui seront concernés. Parle t-on de sortir un site en français et en anglais ou un site par pays sur 15 pays différents ?

Les habitudes de tous ces pays sont également à prendre en compte dès le début du projet. Que ce soit des habitudes de navigation, de supports de consultations, de langage, de codes couleurs, de pictogrammes, etc. Il est nécessaire de sortir de la vision SEO pour y lier une couche d’ergonomie et d’expérience utilisateur.  

Travailler les mots clés en fonction de la langue

Une fois que la liste de tous les pays cibles et de leurs habitudes est réalisée, on peut travailler sur les différents mots clés.

Une étude de potentiel sur les requêtes cibles permet d’établir des stratégies de contenus précises en fonction des langues et des pays.

En effet, un même mot dans une même langue ne s’orthographie pas de la même manière : par exemple, on écrit “harbor” ou “jewlery” aux USA et “harbour” ou “jewellery” au Royaume-Uni. Toutes ces petites différences influencent les résultats de recherche.

Adapter la navigation en fonction de votre cible

Il est important de respecter les différentes habitudes de navigation et c’est à ce moment que les échanges entre SEO et UX designer sont primordiaux.

Par exemple, dans certains pays comme en Chine, les internautes s’attendent à avoir l’ouverture d’une nouvelle page lors d’un clic sur un lien.

Il est également nécessaire d’adapter l’ergonomie des sites pour mobiles. Ce n’est pas une surprise avec le passage de l’Index Mobile First mais c’est également valable pour les autres pays du monde. Notamment aux USA et au Japon, où les recherches mobiles ont dépassé les recherches desktop.

L’optimisation de l’expérience utilisateur sur mobile est une priorité. Le responsive design est une solution efficace, tant que l’expérience y est bien pensé pour mobile et pour ordinateur.

Adapter son site techniquement et sémantiquement pour l’international

Faites le bon choix pour vos noms de domaine

Le nom de domaine est toujours soumis à de nombreuses discussions.

Nous préconisons, tout comme Google, l’utilisation de ccTLD dédiés à tous les pays et de traduire le nom du site si celui-ci contient des mots courants.

  • Solution préférée : un ccTLD dédié ( country-code top level domain)
    Exemple : www.monsite.fr // www.monsite.de
    Grâce à ce système, on a un ciblage géographique clair, une possibilité d’hébergement par pays et une séparation aisée des sites.
    L’inconvénient est principalement le coût de structure pour cette mise en place.
  • Deuxième solution : le sous-domaine
    Exemple : fr.monsite.com // de.monsite.com
    Cette solution permet de créer facilement de nouvelles langues, on peut cibler géographiquement dans la Search Console et les localisations différentes sur le serveur sont possibles.
    Par contre, les sous-domaines ne permettent pas d’identifier si le code en début d’URL est un code langue ou un code pays.
  • Troisième solution : les répertoires
    Exemple : www.monsite.com/fr/ // www.monsite.com/de/
    La mise en oeuvre est facilement réalisable, on peut également cibler le pays dans la Search Console et il y a peu de maintenance sur les serveurs.
    En contrepartie, il n’est pas facile d’identifier le ciblage par pays avec seulement l’URL, la localisation du serveur est unique et il est plus compliqué de séparer les sites.

Voici la documentation officielle de Google :  

https://support.google.com/webmasters/answer/182192?hl=fr

N’oubliez pas les balises de langue dans votre code source

Une fois que vous avez choisi votre syntaxe de site, il ne faut pas oublier de déclarer les langues dans votre code HTML. Pour indiquer aux différents moteurs de recherches (Google, Bing, Baidu, Yandex, pour les plus courants), on utilise deux balises :

  • Le balisage avec “alternate hreflang”

qui permet d’indiquer le code langue et le code pays visé pour chaque URL et ses correspondances dans les langues étrangères.
<link rel=”alternate” hreflang=”fr-fr” href=”https://www.monsite.fr” />

<link rel=”alternate” hreflang=”fr-ca” href=”https://www.monsite.ca” />

Ci-dessus, un exemple d’un site francophone avec un domaine dédié pour la France et le Canada, on y indique bien les codes langues et les langues pays.

  • La meta language

qui se situe en début de code source d’une page et qui précise aux robots la langue utilisée sur la page.
<META NAME=”Language” CONTENT=”fr”>

Elle n’est pas essentielle, mais il est toujours intéressant de l’avoir dans une gestion multilingue…Surtout si vous avez fait le choix d’une gestion des versions linguistiques par répertoires et dossiers.

Déclarez vos sites à Google dans la Search Console

Google Search Console offre la possibilité de déclarer le pays cible pour un site… Et depuis peu, si vos versions linguistiques sont gérés par répertoire, vous pourrez désormais faire la déclaration. Cependant il est plus simple de gérer les déclarations par nom de domaine et par sous-domaines.

Par ailleurs, il est intéressant de découper les fichiers sitemap.xml selon les différentes versions linguistiques (pays et langue). Cela permet de faciliter la tâche aux robots des moteurs de recherche, même si l’on sait que ce fichier n’a que peu de poids en SEO aujourd’hui.

Attention à certains pays qui nécessitent une attention particulière

Certains pays possèdent des codes particuliers et des moteurs de recherches principaux autres que Google ou Bing. On parle ici bien sûr de la Russie avec Yandex et de la Chine avec Baidu.

La Chine est une véritable exception car il est préconisé pour avoir une chance de passer outre la censure, d’avoir un hébergement dans le pays. Il est également recommandé d’avoir un nom de domaine écrit en pinyin et dont l’extension est en .com.cn ou .cn. Chaque site est vérifié par Baidu et le moteur de recherche attribue un “label Vcards” à la suite.

Traduisez tous vos contenus sans exception

Le contenu est aujourd’hui au coeur des stratégies de SEO. Et il est donc impensable de passer à côté d’une traduction minutieuse de vos contenus. L’idéal est de se faire aider par un natif de la langue pour bien travailler le vocabulaire et les variantes de langues et d’orthographes.

Autre point que l’on peut oublier, il faut penser à vérifier les formats et unités, notamment les unités de mesure par exemple qui ne sont pas similaires dans chaque pays. Aux États-Unis, la date s’écrit en commençant par le mois, en Chine par l’année, et en France, par le jour.

De même, les formats d’adresses, les monnaies et certaines unités de mesure peuvent différer.

Développer la notoriété de chaque site

Réaliser un maillage interne par pays précis

Le maillage interne reste un élément important dans les stratégies SEO, qu’elles soient internationales ou non.

Les stratégies de cocons sémantiques par exemple, sont efficaces dans différentes langues.

Attention pour le maillage interne à bien rester dans la langue du site sur lequel on est. Par exemple, sur la version française d’un site, on ne maille que des pages FR. On ne mélange pas les différentes langues, sauf sur le sélecteur de langues.

Pousser votre SEO local

Pour un site qui possède des enseignes locales, il est nécessaire de renseigner les différentes points de ventes d’un pays dans Google My Business afin de donner toutes les informations nécessaires aux internautes (adresse, numéro de téléphone, horaires d’ouverture, lien vers le site web). On optimise ainsi la présence locale de la marque.

N’hésitez pas à optimiser les contenus stratégiques selon les recherches locales également. En effet, le champ lexical de certains contenus peut être affiné en déterminant des mots clés plus précis et plus pertinent pour les marchés ciblés.

Penser au netlinking… à l’international

Le linking est l’un des principaux critères de positionnement pour le référencement naturel. Il est donc important de multiplier les liens externes provenant du pays cible.

Un site en .be devra ainsi disposer d’un profil de lien majoritairement issues de d’autres sites en .be ou de sites en .com, .net, .eu…
Les liens en .fr seront également intéressants pour sa stratégie SEO s’ils sont bien à destination de pages belges francophones.

En conclusion, lors d’un lancement de sites à l’international, la stratégie SEO est une multiplication des stratégies SEO d’un site par le nombre de sites.

Il est important de prendre en compte toutes les spécificités de pays et de langues pour maximiser les chances de la marque de ressortir correctement sur les moteurs de recherche mais aussi d’amener correctement les internautes, du monde, à convertir.

 

Envie d’aller plus loin, téléchargez notre guide pratique : “Construire et déployer sa stratégie SEO à l’international ?”

Lire c'est bien, partager c'est bien aussi 😉

Vous souhaitez optimiser votre chaîne d'acquisition client ?
Recevez nos guides pratiques, livres blancs, dossiers thématiques
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Réagissez à l'article

Votre commentaire*

Your Name*
Your Webpage